A vol d’oiseau

une collecte de chants de la Sonothèque nomade sur les chemins de Compostelle

©

©

©

« Le bout du monde et le fond du jardin contiennent la même quantité de merveilles ».

C’est par cette phrase de Christian Bobin que démarre l’aventure d’A vol d’oiseau sur les chemins de Compostelle, une proposition artistique de la Fausse compagnie.

La Fausse compagnie et plus particulièrement Carine Henry et Jérôme Bouvet, couple d’artistes qui a imaginé la Sonothèque nomade, une itinérance pour collecter et partager des chants à travers toutes les langues du monde.

Munis de leur instrumentarium Stroh à pavillons – le colporteur et la collecteuse – ils arpentent les chemins, rues, bistrots ou librairies, champs et maisons pour aller à la rencontre des habitants ou visiteurs, collecter des chants et en partager.

En cette fin de mois d’octobre, c’est de Nasbinals, bourg au cœur du plateau de l’Aubrac, à Espeyrac, village en Nord-Aveyron, qu’a commencé leur première résidence sur les chemins de Compostelle. Cinq jours intenses, organisés avec la complicité de Scènes croisées de Lozère et de la communauté de communes Comtal, Lot et Truyère, pour faciliter les rencontres et échanges en cette période fraîche et particulière.

De Chez Bastide à la librairie l’Entour à Nasbinals, des rendez-vous dans des maisons ou forêts de châtaigniers à Espeyrac et dans ses hameaux grâce au précieux accompagnement de Bruno : de belles rencontres et collectes que nous vous proposons d’écouter et de (re)vivre en images.

En savoir plus

Le manifeste de la Sonothèque nomade :

Mon chant est un monde, ton chant est un monde

Une vraie belle raison pour se rencontrer
Aller vers et partager
Par les chemins, par les gens
L’âme artisanale et l’humeur végétale
Comme une manière d’être au monde

Collecter et colporter
les chants et les berceuses
L’ailleurs et l’ici
Le proche et le lointain
Le bout du monde et le fond du jardin

Enregistrer les voix
photographier les visages
Partager nos géographies personnelles
S’ouvrir et découvrir
Se laisser être et devenir

Elever nos voix
pour qu’elles portent au dehors
Et qu’elles chantent au dedans
Nos silences et nos musiques
Comme un fil d’or

itinérance humaine et artistique
Ne pas savoir
Donner et recevoir
Tisanerie sonore
D’une accueillante marginalité

Rituel poétique
Histoires à faire vibrer
Mémoires du bled
Et jardins tendres
Oser et permettre d’oser

Faire des 7000 langues vivantes
Du monde d’aujourd’hui
Une quête foraine
Une épopée nomade
Une « petite fabrique d’humanité

Mon chant est un monde, ton chant est un monde

Carine Henry et Jérôme Bouvet