Saison > septembre à décembre 2020

Après la sidération…
Que nous reste-t-il ? Une tornade a bien failli tout emporter. Elle a fragilisé un équilibre incertain, fait trembler nos certitudes et impose désormais une vigilance de tous les instants pour éviter un nouvel épisode de tourbillon. De cette étrange période faite d’injonctions contradictoires, nous sortons étourdis. Abasourdis, tant le réel est venu s’opposer à nous et nos rêves.

Pourtant, sur les décombres fumants des trop nombreuses annulations et fréquents reports, une pépite peut surgir. Elle vient nous rappeler de toujours suivre ses intuitions…
Il en est ainsi avec Fenêtres sur le paysage, une des plus belles et prometteuses aventures artistiques que nous pilotons. La naissance pendant la période de confinement de Super-Cayrou – première œuvre d’art-refuge créée par Encore Heureux et construite pierre à pierre (120 tonnes) à Gréalou, sur les Causses du Quercy – est venue réveiller nos ambitions et l’utopie de voir les artistes intervenir partout où nous n’avons pas l’habitude de les attendre.

Il est permis de rêver…
Super-Cayrou, œuvre pérenne subtilement inscrite dans le paysage, a fait irruption dans cette période troublée comme une nouvelle balise indispensable pour orienter notre aventure.

En venant confirmer la nécessité d’une présence continue des œuvres dans les territoires et au plus près des gens, Super-Cayrou confirme la force de l’art à parler au plus grand nombre. Bientôt quatre nouvelles œuvres d’art-refuge viendront accompagner les promeneurs et curieux parcourant les chemins de Compostelle, nous rappelant qu’il y a, tout à côté des spectateurs qui font vivre les lieux culturels, un peuple de personnes avides de découvertes. Si cette crise a eu une vertu, c’est de nous rappeler l’urgence de nourrir l’espace public de rêves et d’émotions, d’étonnements et de fertiles imaginaires. Sortir de l’ordinaire, dépasser le réel est la meilleure façon d’habiter le monde. Ce que Super-Cayrou illustre brillamment.

Et d’espérer le meilleur…
Cette épreuve collective que nous avons traversée a conforté nos intuitions. Notre rôle est, plus que jamais, d’être à la fois des acteurs de la médiation avec les œuvres mais aussi les créateurs d’histoires à partager avec vous. C’est pourquoi, avec conviction et envie, nous continuerons à inviter des artistes sur notre territoire : Tricyclique Dol va jouer avec les commerçants de
Capdenac pour détourner et réveiller la ville ; Abraham Poincheval, Elias Guenoun et Observatorium vont, à leur tour, créer des œuvres d’art-refuge ; BallePerdue Collectif va embarquer 12 jeunes adolescents dans une nouvelle épopée. Et bientôt, nous proposerons un service d’art à domicile dédié spécifiquement aux personnes isolées.

Malgré l’incertitude qui règne, la flamme qui nous anime est intacte et nous sommes impatients de vibrer à nouveau avec vous.

Fred Sancère – directeur