Des ressources sur la thématique de la Mort

En novembre 2021, un nouveau cycle de rencontres et d’échanges s’ouvre autour de la thématique de la mort avec les « Cafés mortels ». Ces premiers rendez-vous amorcent la volonté de faire de ce sujet un axe de recherche sur les prochaines années et d’initier l’intervention d’artistes (auteurs, compositeurs, scénographes…) pour fabriquer ensemble des actes artistiques (écrits, lectures, compositions musicales, scénographie d’espaces…).
La 1ère étape est alors de créer des espaces d’échanges et de réflexion en invitant des chercheurs, des artistes ou des professionnels du secteur funéraire pour partager ensemble des connaissances.
Retrouvez ci-dessous l’ensemble des ressources mentionnées lors des cafés mortels organisés entre novembre et décembre 2021.

Café mortel – 9 nov

Un livre : Aux origines des rites funéraires. Voir, cacher, sacraliser d’Eric Crubézy

Dans ce livre, Éric Crubézy, médecin-archéologue et professeur d’anthropobiologie, nous emmène à la découverte des rites funéraires du monde entier et nous montre, à travers des documents inédits, qu’il est possible, malgré leur diversité apparente, de relier des pratiques aussi différentes que l’enterrement chrétien et le retournement des morts à Madagascar. De la Sibérie au Cameroun, en passant par l’Égypte pharaonique ou le sud de l’Europe, trois étapes paraissent, en effet, structurer l’ensemble des rites funéraires, et cela même depuis la préhistoire : voir, cacher, sacraliser.

Une expérience : le Kiwi Coffin Club en Nouvelle Zélande

En Nouvelle-Zélande, un « club cercueil » a vu le jour en 2010 à Rotorua à l’initiative de Kate Williams, une ancienne infirmière en soins palliatifs. Des retraité.e.s se réunissent pour fabriquer leur cercueil, le peindre et le décorer, une manière de désacraliser la mort et se l’approprier. Une initiative inspirante, qui a connu un réel engouement en Nouvelle Zélande !

Un reportage sur un coffin club par le média Oldyssey.

Une comédie musicale réalisée par Briar March en 2017 avec le Coffin Club de Rotorua.

Une œuvre : La tombe des frères Janin

L’agence FABRIQUES, Pierre et Rémi Janin, a réalisé une tombe en 2010 dans le cadre d’une commande privée afin d’honorer la mémoire d’un défunt. Cette tombe-jardin se compose d’un mur de béton banché périphérique portant l’inscription, contenant un espace légèrement incliné planté de morceaux de jardins rapportés de l’habitation du défunt, qui évolue progressivement au fil du temps.

Construction d’une tombe par Pierre Janin de l’agence Fabriques Architectures Paysages dans le cimetière de Fourneaux (42).